Quels sont les partenaires privilégiés ?

Les ministères en charge de l’Éducation, de la Santé, de la Jeunesse et des Sports doivent être impliqués en priorité dans le programme de football de base. Il faut noter que le « découpage » des portefeuilles ministériels et autres secrétariats d’État diffère d’un pays à l’autre : les ministères à contacter sont donc indiqués à titre d’exemple.     

ck0c1453_02.jpg
Le ministère de l’Éducation
Ministère de la Jeunesse et des Sports
Le ministère de la Santé

Ce ministère gère la majorité des établissements scolaires du pays, élaborant les programmes éducatifs et délivrant les enseignements.

Par le biais de ce réseau d’écoles, les avantages suivants sont identifiables : 

  • Accès à toutes les écoles du pays, y compris celles situées dans des secteurs peu accessibles, zones rurales ou îles distantes.
  • Le bénéfice du réseau de l’éducation, notamment la communication avec les écoles : organisation des rencontres et des formations, délivrance de matériel, rapports d’activités, etc.
  • L’implication possible d’enseignants – sportivement qualifiés ou non – pour la délivrance de contenus sportifs. Une coopération de qualité peut se créer incluant la formation des professeurs d’écoles et leur implication également dans les compétitions entre écoles, voire au sein des ligues régionales de football.
  • La relation avec les clubs, en orientant vers les clubs de proximité les jeunes scolarisés intéressés par une pratique plus régulière, ou en faisant participer les éducateurs des clubs aux activités des écoles. 
ck0c1577_01.jpg

La relation avec ce ministère est importante à créer, et plus particulièrement dans les pays en voie de développement, où la pratique du sport n’est pas toujours régulière ou correctement encadrée. Parfois, la situation économique rend également difficile l’accès aux structures (qualité minimale de pratique) et surtout l’achat de matériel sportif, les ballons en premier lieu.

N. B. : dans certains pays, toutes les écoles ne sont pas gérées par le ministère, c’est notamment le cas de communautés religieuses ou d’écoles internationales financées par des pays tiers. Il est important d’éviter la ségrégation et d’intégrer ces écoles dans les programmes de football de base. 

ck0c1483_01.jpg

 

Le lien avec ce ministère est également important, notamment pour : 

 

  • L’autorisation d’accès et la maintenance de ses sites, pour les rencontres entre établissements scolaires, ou pour les établissements ne possédant pas de lieu de pratique.
  • La mise à disposition d’éducateurs sportifs pour l’enseignement des éducateurs ou des professeurs d’école, ou pour l’encadrement de programmes de football : entraînement, matches, etc. 

Il est important d’initier les bons comportements auprès des jeunes, et il est aisé de communiquer sur la santé et les sports dans les programmes de football de base : 

  1. La non-consommation de substances illicites et nocives.
  2. Une bonne nutrition et des comportements hygiéniques et sains. 

Le ministère peut également apporter une assistance par une contribution plus directe :

 

  • Le suivi médical par l’assistance d’infirmiers, soigneurs ou docteurs lors de regroupements sportifs.
  • La mise à disposition de médecins pour les contrôles médicaux des enfants.
  • La fourniture de médicaments ou autres kits de premiers secours pour certaines écoles ou pour les rencontres entre établissements. 

pg106_governmental_partners_fra.png

Autres branches gouvernementales

D’autres instances du gouvernement peuvent être impliquées dans la mise en oeuvre du programme. Par exemple pour :

 

  • Intégrer le programme dans les actions régionales et communales.
  • Associer les programmes de football au respect de la nature, à la protection des points d’eau pour la consommation d’eau potable et à la gestion des déchets.
  • Participer à la lutte contre la discrimination sexuelle par la mixité des équipes et l’encouragement à la pratique du football par les jeunes filles. 

img_3952_01.jpg